Les partenaires de l'Argus du Bateau
  • Site du magazine Moteur Boat
  • Site du magazine Neptune
  • Site de Voile Magazine

Sellerie marine : quelle mousse pour quel usage ?

24/04/2017

Essai bateau: 3 C COMPOSITES

MOUSSE SELLERIE

Janik Lamart, de la société Navimous' à Saint-Malo, est très claire sur ce point : « sur un bateau, on utilise de la mousse polyuréthane et non polyéther. » Plusieurs raisons à cela. D'abord, les mousses polyéthers conservent l'humidité, avec tous les désagréments que cela peut avoir dans les espaces confinés tels les carrés. On pense notamment aux mauvaises odeurs qui pourront apparaître. Elles présentent également l'autre défaut de se tasser rapidement. Sur un bateau neuf, exposé dans les allées d'un salon nautique, cela ne se voit pas, mais rapidement, à l'usage, les selleries perdent de leurs formes. Le problème, c'est que ces mousses polyéthers sont très souvent celles qui sont installées en première monte par les chantiers sur les bateaux neufs !

Elles sont bien moins chères


La raison en est simple : elles sont bien moins chères que les modèles en polyuréthane. Si vous devez renouveler prochainement votre sellerie, veillez donc à opter un modèle en polyuréthane. Pour le reste, c'est logiquement le professionnel qui vous orientera vers le type de mousse à utiliser en fonction de votre budget, mais aussi selon la sorte d'élément à réaliser (coussin, matelas, dossier, etc.). En effet, un coussin de cockpit n'aura pas la même densité qu'une banquette qui servira également de couchage. On peut pousser le souci du détail encore plus loin en se posant les bonnes questions : passerai-je plus de temps assis au siège de la table à cartes ou bien sur ceux du cockpit ? Ce type de raisonnement convient évidemment pour un propriétaire qui connaît bien son bateau pour avoir navigué dessus depuis quelques années.

Deux grandes familles


« Dans le domaine des mousses, on distingue deux grandes familles : les hautes résiliences (appelées HR) et les Bultex », précise Janik Lamart. La différence majeure entre elles résident dans le fait que les premières ont des alvéoles carrés là où celles des secondes sont octogonales. Ce dernier point leur permettra de mieux respirer, ce qui est un point important en bateau où l'humidité est omniprésente. A ces deux familles s'ajoutent des mousses qui s'utilisent plus rarement. On pense notamment aux mousses à mémoire de forme, idéales pour ceux qui ont des problèmes de dos ou bien les plaisanciers qui passent beaucoup de temps à bord de leur unité. Cette mousse, utilisée principalement pour les couchages, est malheureusement assez chère. Elle pourra être associée à une nappe d'aération qui apporte plus de confort. Cette mousse est dotée de nids d'abeille et laisse passer l'air. Elle se loge sous la mousse et offre un couchage plus sain, débarrassé d'humidité. Dans le secteur des coussins pour l'extérieur, il existe une mousse à cellules fermées (appelée parfois Aqua-soft). Son avantage principal est qu'elle flotte ; son inconvénient est qu'elle est un peu trop ferme.

Des cellules ouvertes


Destiné au même usage extérieur, la mousse à cellules ouvertes (Dry-feel) laisse - comme son l'indique - passer l'eau qui circule à travers elle mais ne stagne pas. Elle devra être associée en habillage à un revêtement ajouré, la batyline, qui lui aussi laisse passer l'eau.
Alors, l'eau - douce ou salée - est-elle finalement compatible avec les mousses ? « Un coussin n'est jamais étanche, annonce Janik Lamart, et ce à cause des coutures du tissu qui entoure la mousse. » Alors, que faire si un coussin prend l'eau. La réponse est simple : le changer ! Car une mousse ne sèche jamais. Elle peut donner l'impression d'être dépourvue d'humidité après un hivernage à l'abri, mais au final, elle conservera toujours un peu d'eau après être tombée à la mer. Cela ne se voit pas forcément en surface, mais à l'intérieur. Tentez l'expérience en cas de doute : pressez fermement (si besoin, agenouillez-vous dessus) la mousse et vous risquez bien d'entendre ce bruit d'eau caractéristique que fait une éponge lorsqu'on l'étreint. C'est la preuve qu'il reste de l'eau, donc de l'humidité, des odeurs et de la moisissure qui vont avec. D'où l'intérêt de prendre soin de cette partie du bateau, aussi bien lors des sorties en mer qu'au moment de l'hivernage...

Retour à la liste

Pourquoi publier votre annonce sur l'argus du bateau ?
Une visibilité maximale
Votre annonce est diffusée sur les supports web, mobile et papier de l'Argus du Bateau ainsi que sur nos sites partenaires.
Votre dépôt d'annonce est gratuit
Publiez gratuitement votre annonce en quelques minutes seulement.
Des options pour vous démarquer
Vendez plus vite en multipliant par 4 la visibilité de votre annonce !

Numéro 87 : Septembre - Octobre - Novembre 2018
L'argus du bateau Numéro 87

Septembre - Octobre - Novembre 2018 - Trimestriel

Argus du bateau, le magazine

Abonnez-vous et recevez le meilleur des annonces bateaux chez vous tous les trimestres.

S'abonner