Les partenaires de l'Argus du Bateau
  • Site du magazine Moteur Boat
  • Site du magazine Neptune
  • Site de Voile Magazine

Les 10 points à vérifier sur une remorque d'occasion

17/01/2018

Remorque dossier

Une remorque peut être nécessaire pour transporter votre bateau jusqu’au lieu de navigation. Bien la choisir est donc très important. Découvrez les 10 points clé à vérifier avant d’acheter une remorque d’occasion.

1. Quel est l'état des moyeux ?

Avant de les démonter (opération nécessaire), il faut tirer sur la roue pour rechercher un éventuel jeu dans les roulements. Pour ce faire, il est évidemment obligatoire de soulever la remorque à l'aide d'un cric pour faire tourner la roue. Si on sent des points durs ou qu'en prêtant l'oreille, on entend des frottements, c'est que le roulement présente des points de rouille (conséquence de fréquentes immersions qui n'ont pas été suivies d'un rinçage à l'eau douce).

La dépose de la roue est également nécessaire. Cela permet de mettre au jour les roulements et le mécanisme de frein. Quel que soit le modèle de remorque, c'est par l'écrou central que l'on y parvient. Si la roue se montre récalcitrante à venir, c'est qu'elle a été mal entretenue. Un moyeu qui n'a jamais été visité a de grandes chances de rester bloqué.

Une fois démontée, la roue laisse apparaître les roulements. Ces derniers - s'ils sont étanches à la poussière et aux projections - ne doivent pas être graissés. En revanche, les modèles coniques sont à nettoyer à l'essence et seront à graisser ensuite.

Vient ensuite la phase du remontage. Avant de refermer le moyeu, penser à graisser abondamment l'axe. Quant à l'écrou central, il ne doit pas être trop serré sous peine de bloquer les roulements.


2. La remorque a-t-elle été rincée dans les règles de l'art ?

Une remorque a beau être galvanisée (protection contre la rouille), elle devra être rincée à l'eau douce après chaque mise à l'eau. En effet, certaines pièces sont particulièrement sensibles à l'eau de mer, comme les moyeux en fonte ou les essieux en acier. Si le jet d'eau est le plus facile à utiliser, un coup de nettoyeur haute pression de temps en temps ne fait pas de mal.


3. La rotule est-elle bien graissée ?

Également appelée « la main » ou « tête de lapin », cette partie relie la remorque à la voiture. On comprend donc pourquoi cet élément se doit d'être en parfait état et ne montrer aucune faiblesse. Rien de très compliqué au niveau de son entretien : là encore, c'est la graisse qui fait presque tout. L'idéal est d'utiliser un pinceau pour la remplir. Bon à savoir : en appuyant par l'intérieur à l'aide d'un doigt, on peut tester le bon fonctionnement du cran de sécurité de ladite rotule.

4. Mettre ou pas le frein à main ?

Cette partie qui se situe au niveau de la flèche doit être testée par l'acheteur. Il ne doit pas y avoir de point dur. En fait, il faut savoir que pendant une longue période d'inutilisation, le frein à main ne doit pas être tiré. Car avec le temps, les garnitures risquent de s'amalgamer à cause de la rouille. Demandez au propriétaire comment il l'utilise...

5. Comment se comporte le treuil ?

Le treuil a deux fonctions : La première est de servir au remontage du bateau. La seconde a assuré le blocage du bateau sur la remorque. Là encore, c'est un des points névralgiques.

Première vérification : l'état du câble. Il ne doit pas y avoir de de brins cassés (que l'on appelle « gendarmes »), ni de pincements qui risquent de rompre à terme. Pour s'assurer que la remorque a été bien entretenue, il faut vérifier que de l'huile en bombe a bien été pulvérisée régulièrement sur cette partie. Cette précaution éviter l'apparition de rouille et les blocages qui vont de pair. Si c'est une sangle qui remplace le câble, il est évidemment inutile de la huiler.

6. La roue jockey se relève-t-elle ?

Premier élément à vérifier : les vis qui maintiennent la roue jockey. Ils doivent tourner sans problème. De la graisse sur leur filetage signifie un entretien sérieux. Dans le cas contraire, on le fera à l'aide d'un pinceau. Autre point de cette roulette : la vis sans fin, qui est malheureusement souvent inaccessible. Le contrôle visuel est quasi impossible. Pour pallier ce fait, il est conseillé de la démonter complètement (il suffit de la dévisser à fond), puis de vaporiser de la graisse en bombe à l'intérieur.

7. Les prises sont-elles protégées ?

Sur les remorques routières, on trouve un câble électrique qui court de l'avant à l'arrière, endroit où se situe la plaque d'immatriculation. De part et d'autre de ce faisceau, on vérifiera l'état des prises électriques, qui devront être propres, dépourvues de saleté, de terre et ne jamais avoir trempées dans l'eau de mer. En cas de doute, un peu de WD40 fera le plus grand bien à ces éléments.

8. Les freins sont-ils en état de marche ?

Mettons volontairement de côté les remorques non freinées, plus simples d'entretien. Celles qui possèdent un système de frein devront être auscultées. Profitez du moment où vous avez déposé la roue pour contrôler l'état des garnitures. Si elles sont encore bonnes, un petit coup d'entretien ne leur fera pas de mal. Passez dessus et à l'intérieur du moyeu un papier de verre à gros grain (P80) puis nettoyez avec un chiffon sec pour éliminer la poussière.

On peut terminer par un coup d'acétone pour dégraisser le tout. Contrôlez également les câbles de frein en faisant courir votre main dessus. Si vous sentez des boursouflures, c'est qu'il y a des traces de rouille. Les démonter pour les graisser ensuite n'est pas une chose aisée. Mieux vaut les changer complètement. Un élément qui sera à prendre en compte avec l'acheteur...

9. La plaque signalétique correspond-elle à la carte grise ?

La plaque signalétique se situe généralement vers la tête d'attelage de la remorque. Elle est inamovible et doit être parfaitement lisible. On y trouve le numéro de châssis (17 caractères) ainsi que ses dimensions et son PTAC. On peut trouver mention du PAA, le poids maximal autorisé sur la tête d'attelage, ainsi que les PAE1 et PAE2, les poids maxi pour chaque essieu.

10. Les rouleaux tournent-ils ?

Qu'il s'agisse de rouleaux, de galets ou de diabolos, ces éléments doivent tous tourner librement. Pour un entretien idéal, on injecte de l'huile au niveau de l'axe. Si ce dernier est démontable, on peut déposer les rouleaux et ajouter dans ce cas de la graisse. L'opération peut se révéler un peu longue ; elle sera à réaliser au moment de l'hivernage par exemple, ou en été si le bateau n'est pas sur sa remorque...

 

Retour à la liste

Pourquoi publier votre annonce sur l'argus du bateau ?
Une visibilité maximale
Votre annonce est diffusée sur les supports web, mobile et papier de l'Argus du Bateau ainsi que sur nos sites partenaires.
Votre dépôt d'annonce est gratuit
Publiez gratuitement votre annonce en quelques minutes seulement.
Des options pour vous démarquer
Vendez plus vite en multipliant par 4 la visibilité de votre annonce !

Numéro 87 : Septembre - Octobre - Novembre 2018
L'argus du bateau Numéro 87

Septembre - Octobre - Novembre 2018 - Trimestriel

Argus du bateau, le magazine

Abonnez-vous et recevez le meilleur des annonces bateaux chez vous tous les trimestres.

S'abonner