Revenir sur le site :
  • Site de Voile et Moteur

Des joints polyuréthane à tout faire

19/09/2016

JOINT POLYURETHANE

Qu’il s’agisse d’étanchéifier ou de coller, leur usage dans la plaisance s’est considérablement développé, au point d’en devenir indispensables. Revue de détails des différentes applications.

On se demande comment on faisait sans… Les joints polyuréthanes – également appelés joints souples ou adhésifs souples – sont tout simplement devenus indispensables au secteur de la plaisance et conviennent pour de multiples applications : collage d’un capot de pont, d’un hublot, ou bien encore d’un antidérapant. Les chantiers l’utilisent aussi pour coller le pont avec la coque ou la coque avec la quille. C’est dire si leur résistance et leur efficacité sont démontrées. Ils replacent avantageusement le rivetage, le vissage ou la soudure et peuvent même coller des matériaux différents entre eux. Mais leur fonction ne se limite pas seulement à l’assemblage car ils combinent aussi des propriétés d’étanchéité, ce qui est plutôt utile pour une pièce d’accastillage (taquet, chandelier, etc.). Simples à poser, plutôt tolérant en terme d’application (température, hygrométrie), ils peuvent être facilement utilisés par le particulier. En fait, la véritable « difficulté » lors de la pose d’un joint est de savoir quel produit employer. Les fabricants ont tendance à développer des gammes qui comportent plusieurs produits, et dont l’appellation se limite à une suite de chiffres… Or, rien n’indique quel produit doit être utilisé pour coller ou pour étanchéifier. Sans compter que certains sont traités anti-UV là où d’autres ne le sont pas. En effet, contrairement à la silicone, le polyuréthane, lorsqu’il n’est pas traité, est sensible aux UV. Mieux vaut le savoir lorsque l’on pose un joint sur un hublot qui restera des heures sous le soleil.

Privilégiez l'acétone

En revanche, ils sont résistants à l’eau de mer et peuvent être peints. Mais pour que leur efficacité soit optimale, il ne faut surtout pas négliger la phase de préparation de la surface. Elle se traduit soit d’une manière mécanique (ponçage au papier de verre fin ou au Scotch Brite) ou par un dégraissant, à privilégier car il évite les poussières. La marque Sika commercialise des dégraissants qui possèdent des promoteurs d’adhérence, censés faciliter le collage. Si vous utilisez un dégraissant classique, évitez le White Spirit (trop gras) et privilégiez l’acétone. Dans tous les cas, évitez les solvants qui contiennent de l’alcool, car ce dernier empêche la polymérisation du polyuréthane. Un primaire peut être ensuite utilisé. Son rôle est de renforcer l’adhérence en cas de surface poreuse ou rugueuse. Généralement, les primaires commercialisés le sont en fonction de la surface à traiter (métaux, verre, etc.). Enfin le collage peu commencer. L’application doit se faire avec le pistolet le plus à 90° de la surface, pour éviter ainsi la formation de bulles d’air. Au sujet des pistolets, il en existe de trois sortes : le mécanique, plus répandu et le moins cher mais qui demande un effort et manque de précision lorsqu’il s’agit de réaliser un joint long. Le pneumatique, qui nécessite un compresseur. Et l’électrique, dernier né des pistolets, qui fonctionne grâce à l’ajout d’un chargeur, à la manière d’une visseuse électrique ou une perceuse. Une fois le joint posé, il y a de fortes chances pour qu’un débord se forme. Deux méthodes existent pour s’en débarrasser. La première consiste à entourer le pourtour de l’endroit qui sera encollé par un ruban adhésif. Une fois sec, il suffit de l’ôter (à l’aide d’une spatule ou d’un cutter) et le joint vient avec. L’autre solution, plus moderne, consiste à retirer le joint immédiatement après l’application. Pour ce faire, il faut utiliser un agent nettoyant (type Sika Remover-208) qui retirera le trop-plein. Sachez enfin que la ténacité des polyuréthanes est extrêmement forte. Sous-entendu, un élément d’accastillage collé aura beaucoup de mal à être enlevé le jour où vous souhaiterez le remplacer. Même si on ne change heureusement pas de capot de pont tous les jours, mieux vaut le savoir avant…

Retour à la liste

Pourquoi publier votre annonce sur l'argus du bateau ?
Une visibilité maximale
Votre annonce est diffusée sur les supports web, mobile et papier de l'Argus du Bateau ainsi que sur nos sites partenaires.
Votre dépôt d'annonce est gratuit
Publiez gratuitement votre annonce en quelques minutes seulement.
Des options pour vous démarquer
Vendez plus vite en multipliant par 4 la visibilité de votre annonce !

Numéro 88 : Décembre 2018 - Janvier - Février 2019
L'argus du bateau Numéro 88

Décembre 2018 - Janvier - Février 2019 - Trimestriel

Argus du bateau, le magazine

Abonnez-vous et recevez le meilleur des annonces bateaux chez vous tous les trimestres.

S'abonner