Les partenaires de l'Argus du Bateau
  • Site du magazine Moteur Boat
  • Site du magazine Neptune
  • Site de Voile Magazine

Ce qu’il faut savoir sur… les reprises

07/08/2017

DOSSIER REPRISE

L’étape de la reprise est généralement incontournable dans la vie d’un plaisancier, surtout lorsqu’il achète une unité neuve. Mais la période où les professionnels reprenaient sans compter est belle et bien terminée. Le krach de l’occasion de 2007 est passé par-là. Aujourd’hui, le prix et l’état de chaque occasion sont soigneusement étudiés avant d’évaluer la juste valeur du bateau.

1. En cas d’achat d’un modèle neuf chez un concessionnaire, celui-ci peut-il refuser de reprendre votre ancien bateau ?

Oui, c’est son choix. Il n’y a aucune obligation. Certes, il perdra peut-être la vente du bateau neuf, mais depuis le krach de 2007 (période où l’occasion a retrouvé des valeurs plus normales), les professionnels sont très vigilants quant aux bateaux qu’ils reprennent et surtout à leur valeur et aux éventuels travaux qui devront être effectués avant la mise en vente. Une occasion reprise est une occasion qui devra rester le moins longtemps possible sur le parc. D’où le refus de certains pros qui préfèrent rater une vente que de s’encombrer d’un bateau difficile à revendre.

2. Pourquoi les reprises des professionnels se font-elle généralement en dessous de la valeur argus ?

Parce que les pros tiennent compte des travaux de remise en état, mais aussi de l’immobilisation de l’occasion, de l’assurance et de tous les frais annexe qu’une reprise engendre (manutention, grutage, etc.). Autant d’éléments qui sont à la charge de l’entreprise. L’intérêt du pro est de revendre l’occasion reprise le plus vite possible, car une occasion sur parc est de la trésorerie « dehors ». D’où la pratique de certains pros qui ne reprennent un bateau que lorsqu’ils sont certains de pouvoir le revendre presque aussitôt, avec un acheteur déjà en vue. Il est donc logique qu’un professionnel reprenne un bateau 20 à 25 % en dessous de la valeur de L’Argus du Bateau. Quant à la revente d’une reprise, une fois remise en état, elle se fait au minimum au prix de L’Argus du Bateau.

 3. Est-il possible de négocier avec le concessionnaire le montant de la reprise de son ancien bateau ?

La négociation est toujours possible. Après, tout dépend de la santé financière du professionnel et des opportunités. L’art de la négociation est un jeu subtil entre acheteur et vendeur. Elle se fait parfois en dehors de toute considération technique. Mais c’est une erreur, car lorsque l’on connaît bien le produit, on est plus à même de trouver les bons arguments.

 4. Une reprise est-elle possible lorsque l’on souhaite acheter un bateau d’occasion ?

Oui, ça arrive. Il faut généralement que l’occasion soit récente et en bon état. Le bateau à reprendre doit être acheté moins cher que celui qui sera vendu, afin que le professionnel n’ait pas à avancer d’argent. La reprise d’un bateau pour en racheter un d’occasion se fait généralement lorsque le plaisancier souhaite gagner le fameux mètre supplémentaire.

5. Un professionnel peut-il reprendre un bateau financé en LOA ?

Oui. Un crédit est « transmissible », que ce soit à un particulier ou un professionnel. Certains pros préfèrent même reprendre un bateau encore sous LOA, car ça leur permet d’avancer seulement 500 euros par mois, plutôt que la totalité de l’occasion à reprendre. Cela permet à l’entreprise de garder de la trésorerie. Et cela profite également au nouvel acheteur qui pourra reprendre un leasing en cours sur une occasion.

6. Quels conseils peut-on donner aux plaisanciers dont le bateau va être repris par un professionnel ?

Renseignez-vous sur la valeur de votre bateau. Plusieurs outils sont là pour ça, à commencer par les cotes de L’Argus du Bateau (ces dernières ne tiennent pas compte d’options éventuelles). Les petites annonces peuvent également vous donner une idée, mais attention ! Il s’agit de prix fixés avant la vente (et donc avant la négociation) et non de prix réels de transaction. Vu l’état du marché, il y a de fortes chances pour le bateau ait été vendu bien moins cher. Enfin, si le montant de la reprise ne vous convient pas, il reste la possibilité de vendre soi-même. Dans ce cas, prenez soin de mettre votre bateau en valeur. C’est une des conditions pour espérer le vendre plus cher que le montant que le professionnel vous proposait. Il faut que le bateau soit propre dans tous les sens du terme (carnet d’entretien à jour, hivernage correctement effectué, etc.). Le courtier peut être une solution intéressante, mais il va prendre lui aussi un pourcentage sur la valeur du bateau, à l’image d’une agence immobilière.

Retour à la liste

Pourquoi publier votre annonce sur l'argus du bateau ?
Une visibilité maximale
Votre annonce est diffusée sur les supports web, mobile et papier de l'Argus du Bateau ainsi que sur nos sites partenaires.
Votre dépôt d'annonce est gratuit
Publiez gratuitement votre annonce en quelques minutes seulement.
Des options pour vous démarquer
Vendez plus vite en multipliant par 4 la visibilité de votre annonce !

Numéro 87 : Septembre - Octobre - Novembre 2018
L'argus du bateau Numéro 87

Septembre - Octobre - Novembre 2018 - Trimestriel

Argus du bateau, le magazine

Abonnez-vous et recevez le meilleur des annonces bateaux chez vous tous les trimestres.

S'abonner