Les partenaires de l'Argus du Bateau
  • Site du magazine Moteur Boat
  • Site du magazine Neptune
  • Site de Voile Magazine

Bateaux déclassés : la bonne affaire ?

27/03/2018

Bateaux déclassés

Qu'est-ce qu'un bateau déclassé ? C'est un voilier ou un bateau à moteur neuf qui n'a jamais été vendu. Par exemple, une unité d'exposition qui aura passé un an ou plus dans un showroom ou sur un salon nautique pourra être considérée comme déclassée. Ce type de bateau n'est donc pas du millésime de l'année modèle en cours. Il peut avoir un an, deux ans, voire plus, tout en n'ayant jamais navigué.

 

Profiter d’un bateau à moindre coût

Le premier avantage - et non des moindres - de ce genre d'unité, c'est son prix de vente. Le montant de la remise commerciale s'élève en moyenne jusqu'à 10 % par an sur une coque, rarement vers les 20 %. En fait, le professionnel qui procède à une telle vente veut s'en libérer rapidement, ce qui explique la remise exceptionnelle.

Le vendeur peut choisir de vendre son bateau pour des raisons multiples : faire de la place dans son showroom, vider son stock à l'orée d'une nouvelle saison, à l'approche de l'arrivée de nouveaux modèles, pour récupérer de la trésorerie, pour éviter qu'il ne s'use trop rapidement et que la décote ne soit encore plus importante... Les garanties sont les mêmes que pour un bateau neuf de l'année modèle en cours. Elles courent à partir de la date de vente et/ou de livraison, la facture faisant foi.

 

Ne pas confondre bateau déclassé et bateau de démonstration

Attention, il ne faut pas confondre un bateau déclassé avec un bateau de démonstration. Ce dernier aura servi pour des essais en mer (pour la presse ou lors des salons à flot, par exemple). Il totalisera généralement déjà 10 ou 20 heures de fonctionnement. Dans ce cas, la vétusté sera normalement plus importante, puisque le bateau a réellement servi. « Un déclassé ne doit pas être immatriculé, ne serait-ce que pour être considéré comme vraiment neuf et bénéficier d'un leasing », précise un concessionnaire breton.

 

Vérifier le moteur et son statut

Il y a un autre point sur lequel il faut être vigilant. Il faut vérifier si l'ensemble coque et moteur sont tous les deux déclassés ou pas. Prenons par exemple le cas d'un déclassé qui serait constitué d'une coque de 2010 motorisée en 2013. Ici, la décote ne se fera que sur la coque et non sur le moteur. Ce type de montage peut être assez fréquent. Le concessionnaire n'a, en effet, aucune obligation de vous fournir une coque et un moteur qui soient de la même année.

Et puis, depuis quelques années, il y a eu du changement dans le domaine des moteurs. Le millésime (année modèle) n'existe plus, c'est la date de vente (donc de facturation) qui fait office d'année moteur. Selon Pascal Marty, expert maritime à Sanary-sur-Mer : « dans le cas d'un bateau à moteur déclassé, s'il y a un élément qu'il faut particulièrement surveiller, c'est précisément son moteur. Si les coques sont marquées par un numéro CIN (ex-HIN) qui indique entre autre son année modèle, son mois et année de construction, ce n'est plus le cas pour les moteurs. »

Certains éléments peuvent toutefois donner une indication quant à la date de construction du moteur, comme une forme particulière du capot, la présence ou non d'autocollants décoratifs, etc. Les modifications d'une année sur l'autre sont parfois seulement esthétiques. Cependant, il faut quand même essayer de savoir si c'est également le cas au niveau de la mécanique.

Des nouvelles pompes, un nouveau système d'allumage ou bien encore une nouvelle embase sont des éléments qui peuvent modifier considérablement l'architecture moteur du hors-bord. Enfin, dernier élément : en cas de revente, il ne faut pas oublier de préciser à votre acheteur le pedigree de votre bateau.

 

Bateaux déclassés : l'avis de l'expert

Pour Pascal Marty, expert maritime à Sanary-sur-Mer, « un déclassé, c'est un bateau du millésime précédent qui n'a pas été vendu. Attention, un modèle qui ne se construit plus ou qui a été remplacé au sein de la même gamme par un modèle ayant subi d'importantes modifications n'est pas considéré comme déclassé. Il ne doit pas y avoir d'évolutions techniques majeures. Si tel est le cas, la remise commerciale sera plus importante. »

Un détail qui est vrai pour la coque mais aussi pour le moteur. « Il est important de distinguer les coques d'un côté et les moteurs de l'autre, car pour ces derniers, il n'existe plus de millésime. C'est la date de vente ou plutôt la facture qui fait foi. » Il n'est pas toujours évident de savoir si le modèle vendu avec votre bateau est bien un des derniers sortis des chaînes de fabrication.

« Là, le rapport de confiance avec le concessionnaire est primordial, souligne Pascal Marty. Il y a bien des informations, comme les couleurs des peintures ou les décorations qui peuvent donner une première indication, mais ce n'est pas toujours évident. Ne plus avoir ce type de donnée empêche d'obtenir une traçabilité du moteur. Le numéro de série peut parfois donner une idée mais ce n'est pas une certitude. »

Retour à la liste

Pourquoi publier votre annonce sur l'argus du bateau ?
Une visibilité maximale
Votre annonce est diffusée sur les supports web, mobile et papier de l'Argus du Bateau ainsi que sur nos sites partenaires.
Votre dépôt d'annonce est gratuit
Publiez gratuitement votre annonce en quelques minutes seulement.
Des options pour vous démarquer
Vendez plus vite en multipliant par 4 la visibilité de votre annonce !

Numéro 87 : Septembre - Octobre - Novembre 2018
L'argus du bateau Numéro 87

Septembre - Octobre - Novembre 2018 - Trimestriel

Argus du bateau, le magazine

Abonnez-vous et recevez le meilleur des annonces bateaux chez vous tous les trimestres.

S'abonner