Les partenaires de l'Argus du Bateau
  • Site du magazine Moteur Boat
  • Site du magazine Neptune
  • Site de Voile Magazine

Acheter sereinement : Comment reconnaître un bon jeu de voiles ?

25/08/2014

achat greement1

Commencez l'inspection par le pied de mât. Qu'elle soit posée sur le pont ou sur la quille, vérifiez que la platine de pied de mât ne présente aucun signe d'affaissement ni de déformation. Pour supporter les efforts de compression du mât, certains constructeurs ont parfois utilisé des inserts en bois. Victimes d'infiltration d'eau ou d'humidité résiduelle, les fibres sont parfois dégradées au point de provoquer un affaissement du rempli et du gréement posé dessus, le propriétaire se contentant de reprendre régulièrement ses ridoirs. Le défaut est généralement réparable mais il oblige à un retour en chantier. Posés en fond de coque, les pieds de mât en alliage léger sont parfois victimes d'une sérieuse corrosion due à l'eau des fonds. Portez ensuite votre attention sur les cadènes. L'examen de ces pièces, étai, pataras, haubans et sous-haubans, est souvent difficile car la plupart des constructeurs les dissimulent sous les vaigrages, dans les aménagements ou à l'extrémité des coffres. Il faudra pourtant vérifier qu'elles ne présentent pas la moindre trace de jeu, auquel cas il faudra en trouver la cause : serrage insuffisant, déformation de la cloison ou du bordé, boulonnage sous dimensionné, etc. Un défaut d'étanchéité au niveau de boulons de fixation est probablement le signe d'un glissement de la platine qu'il faudra donc démonter et remonter correctement. Les câbles ont aussi leur importance. Compte tenu de la qualité des câbles inox monotoron utilisés dans les gréements, la rupture d'un câble est désormais rarissime mais il faudra s'assurer qu'ils ont été correctement traités durant les manutentions précédentes, sans jamais subir des flexions excessives (supérieures à vingt fois le diamètre environ) Contrôlez soigneusement les sertissages qui ne doivent présenter aucun brin cassé ni aucune trace de corrosion profonde (les légères traces de rouille qui subsistent parfois à ce niveau sont dues à la machine de sertissage et n'ont aucun caractère de gravité).

Profitez du démâtage

Si le bateau est démâté, profitez-en pour vérifier si l'intérieur du profil de mât n'est pas corrodé et l'état de tous les rivets de fixation des différentes platines, barres de flèche, winches de drisse, etc. Sur les voiles, les œillets nécessitent une inspection visuelle soignée. Stockée dans son sac ou exposée aux éléments, une voile peut elle aussi souffrir de corrosion électrolytique lorsque des métaux au potentiel différent sont directement en contact, ce qui est parfois le cas autour de la têtière ou du point d'écoute (bronze/inox, alu/laiton, etc.). Dans certains cas, les oeillets finissent par y perdre une bonne partie de leur résistance mécanique. Le problème est facile à résoudre en remplaçant les pièces corrodées mais la voile devra repartir en voilerie. L'examen de la bande anti-UV est facile puisqu'elle sert à protéger un génois à enrouleur des effets néfastes du rayonnement solaire. Parfois de même couleur que la voile, cette bande est aussi un bon indicateur du soin apporté à l'hivernage. Il vaut mieux éviter de laisser la voile à poste hors saison, car l'eau de pluie finit par s'infiltrer dans les plis et par stagner des semaines durant, laissant des traces de moisissure inesthétiques et difficiles à nettoyer. L'enroulement proprement dit est aussi néfaste pour le tissu qui subit des tensions bien plus élevées qu'au repos dans un sac. Enfin, les lattes sont à inspecter. L'engouement pour les GV entièrement lattées apporte son lot de problèmes techniques, car les lattes, très rigides, portent sur le haubanage et percent le tissu, sans oublier les efforts de compression considérables le long du guindant et de la chute. Vérifiez donc l'état des butées, niveau d'usure et corrosion éventuelle. Tout est réparable mais la facture peut être élevée et obliger à renégociation du prix de vente.

Les éléments à vérifier en priorité :
Le pied de mât
Les cadènes
Les câbles
Les oeillets
La bande anti-UV
Les lattes


Retour à la liste

Pourquoi publier votre annonce sur l'argus du bateau ?
Une visibilité maximale
Votre annonce est diffusée sur les supports web, mobile et papier de l'Argus du Bateau ainsi que sur nos sites partenaires.
Votre dépôt d'annonce est gratuit
Publiez gratuitement votre annonce en quelques minutes seulement.
Des options pour vous démarquer
Vendez plus vite en multipliant par 4 la visibilité de votre annonce !

Numéro 87 : Septembre - Octobre - Novembre 2018
L'argus du bateau Numéro 87

Septembre - Octobre - Novembre 2018 - Trimestriel

Argus du bateau, le magazine

Abonnez-vous et recevez le meilleur des annonces bateaux chez vous tous les trimestres.

S'abonner